Un Salon de sculptures !!

Par Houria,
Conseillère en séjour ...

Houria

Commentaires (0)

J’en ai pris plein les yeux

 

 

« Je me suis évadée »

 

 

 

Par un beau samedi d’Octobre, je me rends à la Flânerie Instants Privilégiés « Art dans la ville » organisée par l’Office de Tourisme. Une flânerie qui rend l’art accessible à tous.

Nicole Brousse est une artiste inclassable, elle vit son œuvre comme un voyage dans le temps de l’Antiquité vers le futur. Sculpteur femme et sculpteur de femmes depuis 20 ans Nicole Brousse nous reçoit dans son Salon de… sculptures.

D’autres flâneurs sont présents, curieux comme moi de profiter de ces instants privilégiés. 30 personnages sur 11 lieux qui se trouvent sur le parcours du GR2013 (parcours qui traverse le centre- historique de la ville de Salon de Provence) offrent sans conteste un spectacle mystérieux et envoûtant.

L’artiste ouvre les portes de ses états d'âme et j’y entre.

 

 

La première s’appelle « vers l’unité » ce sont des personnages suspendus avec des chapeaux qui représentent des antennes vers l’univers et Nicole Brousse représente la dualité intérieure, les côtés masculin et féminin sont réunis par un cercle et ce cercle est là pour apporter la paix intérieure.

art dans la ville

« La Plongeuse » j’ai adoré cette sculpture car cette idée d’entamer un saut dans l’inconnu avec confiance me fait peur et en même temps m’intrigue. Les belles « attentives » sont magnifiques, je ressens leurs regards protecteurs, ces regards attentifs et protecteurs sur les passants et les automobilistes de la rue Gaston Cabrier.

art dans la ville                  art dans la ville

« Eurêka » est prête à s’envoler, « Mutations » trois sculptures qui nous font traverser le temps et qui sont tout aussi envoûtantes car on ne peut s’arrêter de les contempler, « Les commères » papotent positif.

art dans la ville

Située sur le cours Gimon face à l’Office de Tourisme « Apparence » nous montre le chemin vers notre véritable liberté et nous amène à élargir notre vision de la vie.

art dans la villeChacune de ces sculptures est riche d’informations et notre perception visuelle est mise à l’épreuve car elles nous délivrent un message qui nous correspond. Nicole Brousse nous délivre la part de secret de chacune, et nous parle des émotions qu’elle a voulu libérer en les réalisant.

Je ne peux que me laisser guider vers mon voyage intérieur, je ressens que ces sculptures sont comme un être vivant, elles ont une identité et une histoire Je comprends pourquoi sculpter est une évidence pour Nicole Brousse. On dit qu’une sculpture se regarde en tournant autour d’elle et croyez-moi j’ai adoré scruter les reliefs de ces sculptures de femmes sous tous les angles.

J’aime ces sculptures aussi parce qu’elles mettent en valeur le paysage salonais, un immeuble, un mur de pierre, elles nous amènent à lever la tête dans un coin de rue où l’on ne le fait jamais. Le patrimoine de la ville se trouve là, mis en scène.

Sur la place des Centuries se trouvent les superbes « Acrobates en bleu » suspendus à un fil, ces acrobates nous font comprendre que l’on doit se soutenir les uns les autres.

art dans la ville

Au Château de l’Empéri « Passe Muraille » veut nous faire dépasser nos limites, je lève la tête et c’est comme si ces silhouettes ont toujours été là, les « Jeux de Jardins » représentent l’instant présent, « Élévation » pointe le doigt vers le ciel. « Les grimpeuses » grimpent vers un idéal difficile à atteindre. Tous les ingrédients sont là pour nous faire voyager vers notre propre soi.

            art dans la ville art dans la ville

 

 

art dans la ville

 

Dans la rue Moulin d’Isnard se trouve « Le déséquilibre équilibré » car à la limite de la chute il y a toujours de l’espoir.

 

Cache-cache accroupie, également dans la rue Moulin d’Isnard, est une merveilleuse découverte ! Elle me ramène instinctivement vers mon enfance, où je jouais à cache-cache avec les copains mais là c’est plus profond car il s’agit d’un cache-cache avec la vie, cacher des blessures que l’on veut oublier.

 

Hors parcours, une belle méditation nous attendait au restaurant La Table du Roy René ! Puis « En Aparthé » Nicole Brousse nous emmène pour découvrir des mini-sculptures.

 

 

 

 

En tout cas moi, ma préférée c’est « lâcher prise» sur le cours Pelletan. Je l’aime parce qu’elle nous invite à nous lâcher et nous renvoie à des questionnements dans notre vie personnelle.

art dans la villeL’émotion était bien là on doit faire bouger les choses et moins s’efforcer à les maîtriser. Ce qui est mis en avant ce n’est pas l’idée d’un combat mais d’un dialogue avec soi-même.

 

 

art dans la ville"Écrire sa vie" est la sculpture qui la représente nous dit-elle et c’est vrai qu’elle lui ressemble ! Sa vision créatrice prend sa source dans la profondeur de son âme et c’est ainsi qu’elle est arrivée à mettre des sculptures sur ses « maux » et des « mots » sur ses sculptures.

Elle a animé la matière et a réussi à donner à ses sculptures de femme, à la fois guerrières ou héroïques, des gestes gracieusement sensuels et légers.

J’ai adoré faire cette flânerie car c’est une autre façon d’être accompagnée vers la réflexion. Nicole Brousse a capté mon attention, notre attention en nous parlant de son ressenti.

Moi qui travaille à l’office de tourisme j’ai eu la chance de contempler tous les jours une autre « Eurêka », celle exposée à notre vitrine. Je n’ai pu m’empêcher d’avoir les yeux rivés sur cette magnifique sculpture et les passants, eux, n’ont pu s’empêcher de la dévorer des yeux. Mais maintenant que je vous en parle : « Ne serait-ce pas à ce moment-là que j’ai eu envie de découvrir cet univers ? »

J’aime cette idée d’Art dans l’espace qui permet d’en profiter .Comme un livre ouvert, ces sculptures sont un peu de notre histoire à nous tous.

« La forme vient de l’intérieur » disait Rodin, je comprends que dans son atelier Nicole Brousse était en parfaite connexion avec son imaginaire pour arriver à expulser une telle énergie de la matière.

art dans la villeCertes, j’ai déjà vu des sculptures, des expositions de tableaux, j’ai trouvé cela intéressant mais cela se limitait à l’instant présent. Je n’ai pas ressenti le besoin d’approfondir le sujet. « Art dans la ville » m’a justement apporté ce plus car lorsque j’ai vu les sculptures j’ai eu envie d’en savoir davantage. La flânerie m’a donné l’opportunité de m’ouvrir à cet art ou du moins chercher à comprendre cette vision artistique et justement, l’artiste était là pour nous l’expliquer.

Quelle satisfaction de comprendre ce que des mains peuvent réaliser avec une matière et là j’en ai pris plein les yeux. Durant plus de deux heures je me suis évadée vraiment hors du temps !

Nicole Brousse a écrit sa vie et a marqué Salon de Provence, et c’est pourquoi je trouve que l’on a du mal à quitter cette "ARTiste DANS LA VILLE"...

 

INFOS PRATIQUES

www.nicolebrousse.com
www.facebook.com/nicole.brousse.3
Vous pouvez également écrire à Nicole Brousse : nicole.brousse@gmail.com
Photographe : Jean-Paul Villegas
www.jean-paulvillegas.com
jeanpaulvillegas@gmail.com

RESULTAT DU JEU CONCOURS :

1-La sculpture élue par les salonais est Lâcher-Prise

2-(à égalité) Eurêka-Passe-Muraille-Attentive

Lâcher-Prise prendra place fin février/début mars 2014

 

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage
  • Français
  • English
  • Deutsch
  • Italiano