Statues

Salon-de-Provence, riche de son patrimoine, n'a pas fini de vous étonner !
Au grès de vos promenades, vous découvrirez de nombreuses statues… Toutes plus belles les unes que les autres...

 

Adam de Craponne | Monument aux morts d'Eugène Piron | Place Gambetta | Statue Mémorial Jean-Moulin | Statue d'Antoine Blaise Crousillat | Statue Camille Pelletan | 2 Statues de Nostradamus

 

STATUE "ADAM DE CRAPONNE" (1526 - 1576)
place de l'HOTEL DE VILLE

Statue Adam de CraponneAdam de Craponne, ingénieur et hydraulicien, détourna les eaux de la Durance pour irriguer la plaine de Salon, et utilisa les eaux de la Durance comme force motrice pour actionner les moulins. L'eau arriva à Salon-de-Provence en 1559.
En plus de cette fontaine, un buste est visible dans le hall de l'Hôtel de Ville.

Cette fontaine de Craponne remplace une fontaine construite en 1760, celle-ci fût ordonnée par la ville et inaugurée le 22 octobre 1854 lors d'un concours agricole.

Elle honore Adam de Craponne (1526-1576); l'ingénieur et auteur du canal qui porte son nom et qui permit d'irriguer le pays. En reconnaissance, les 22 communes dont les noms sont inscrits sur le monument, ont participé financièrement à son création.

4 Génies encadrent 2 textes, l'un, en Provençal,signifie

  • "Brûlée et anéanti par la soif, peuchère, Salon voyait son maigre terroir se faner Craponne son enfant lui tint lieu de père, Et lui donna de l'eau à satiété",

Il a été rédigé par Palamède Tronc de codolet.

Le quatrain en Latin se traduit par:

  • "Craponne eut pitié de la soif de Salon qu'il aimait Et à ses mornes terres lui donna l'eau et la gaîté ".

Cet ensemble du sculpteur Aixois Marius Ramus s'orne d'une statue du grand homme, qui la surplombe, cette eau si précieuse provient de la station des Aubes


LE MONUMENT AUX MORTS D'EUGENE PIRON Monuments aux morts Eugène Piron

au cimetierE SAINT-ROCH

"Le sublime Réveil"
Le 9 Aôut 1919, le conseil municipal de Salon lance une souscription pour l’édification d’un monument aux morts. L’emplacement retenu est la Falaise du cimetière Saint Roch. Un Concours est organisé en 1923, c’est le projet du sculpteur Eugène Piron qui remporte tous les suffrages.

Le monument, entièrement taillé dans le roc, représente une brèche qui semble accéder au caveau où sont déposés les morts.

Monuments aux morts Eugène Piron

À l’entrée de cette brèche un clairon sonne « le sublime réveil qui fait surgir en foule l’image de ceux qui dorment là… » Le clairon est la version moderne de l’ange sonnant le jugement Dernier et la Résurrection.

Le monument est solennellement inauguré le 11 novembre 1925, et unanimement reconnu comme unique en son genre. Eugène Piron mettra fin à ses jours le 17 novembre 1928.
Il sera inhumé au cimetière St Roch au pied de l’œuvre qui l’a immortalisé, en même temps que tous les fils de Salon morts pour la France.

 

MONUMENT AUX MORTS
PLACE GAMBETTA

Statues monument aux morts, place GambettaA la mort de Gambetta en 1882, le conseil Municipal de Salon décida de changer le nom de cette place pour rendre hommage au défenseur de la France lors de la guerre de 1870-1871 contre les prussiens.

La place de la croix deviendra donc « place Gambetta » en 1883. La commune décida d’y élever au centre (à la place de la croix transférée à quelques mètres) une fontaine monumentale. La société fraternelle des combattants de 1870-1871 offrit à la ville un monument commémoratif.
Il fût édifié par Gautier architecte à Paris et le statuaire Paul Moreau Vauthier. Le monument en bronze est inauguré le 28 juin 1903 par Camille Pelletan, ministre de la marine.

 

Mémorial Jean Moulin sur la RN 538MEMORIAL JEAN MOULIN (1899 - 1943)
Sur la rn 538

Situé sur la route Nationale 538 qui relie Salon-de-Provence à Sénas tout près du lieu où le résistant fut parachuté.

L’œuvre du sculpteur Marcel Courbier, qui effectue là son troisième monument dédié à Jean Moulin, est sans aucun doute la plus aboutie.

Le monument de Salon est tout à fait original et ne ressemble à aucun autre, ce mémorial est le plus impressionnant dédié à la mémoire de Jean Moulin dans les Bouches du Rhône.

Installé près du lieu supposé de son parachutage du 1er Janvier 1942, lors de son retour d’Angleterre où il rencontra le général de Gaulle afin d’unifier les 3 principaux mouvements de résistance, d’organiser et de structurer la future armée secrète. Le mémorial représente un parachutiste stylisé, Il sera inauguré le 28 Septembre 1969 par Jacques Chaban-Delmas, compagnon de la libération et premier ministre d’alors

Brochure Jean Moulin

 

 

 

 

                                   cliquez sur l'image pour télécharger la brochure   

 

 

 

www.memorialjeanmoulin.fr

 

BUSTE D'ANTOINE BLAISE CROUSILLAT (1814 - 1899)
Place Crousillat

 Buste d'Antoine Blaise CrousillatPoète contemplatif, amoureux de sa ville jusqu’à y limiter son horizon. Antoine.Blaise Crousillat est l’un des grands noms de la renaissance littéraire provençale du XIX ème siècle.

Modeste, effacé il demeura en marge du mouvement "Félibréen" se contentant de chanter son pays…

Son buste en bronze est signé "Farigoule", il fût placé à cet endroit en 1914, sur son piédestal on peut y découvrir le blason de la ville, des acanthes, du cuir repoussé, des rameaux d'olivier et deux extraits de ses oeuvres "La Bresco" et "l'Eissame".

 

STATUE DE CAMILLE PELLETAN (1846 - 1915)
Place de la ferrage (place de la grippe)

Statue de Camille PelletanElle est plus un carrefour qu’une place, aménagée et agrandie en 1836. Elle était appelée ainsi du fait de sa situation au croisement de routes en plein mistral.
Agrandie et ornée d’arbres, elle changea d’appellation en 1970 et prendra le nom d’Eugène Pelletan en hommage à l’homme politique.


En 1922, un comité se forma et érigea une statue en l’honneur de Camille Pelletan, fils du précédent. Le sculpteur Auguste Carli la réalisera en pierre de Cassis, elle sera inaugurée le 2 Septembre 1923 par Edouard Herriot. En 1964, le parti radical jugea la statue mal placée et demanda qu’elle soit installée ailleurs. Elle fut donc transférée place de la Ferrage où elle se trouve toujours.



Camille Pelletan : [1846- 1915]
Diplomé en droit et ancien élève de l'École nationale des chartes, il devient à vingt ans un journaliste très impliqué dans la critique du régime de l'empereur Statue de Camille PelletanLouis-Napoléon Bonaparte. Après la guerre franco-allemande de 1870 il est l'un des principaux meneurs des radicaux et s'oppose aux républicains « opportunistes » qui continuent la politique de Léon Gambetta.
À partir de 1880, il travaille avec succès à la révision des peines des républicains ayant participé à la Commune de Paris.
Il est député des Bouches-du-Rhône de 1881 à 1912, puis sénateur des Bouches-du-Rhône de 1912 à 1915. Il devient membre du Parti radical-socialiste dès sa création et en incarne l'aile la plus avancée.

 

LES STATUES DE NOSTRADAMUS

Michel De NOSTREDAME - (1503-1566) Médecin, Astrophile

Statue de NostradamusNOSTRADAMUS "Nous donnons ce qui est à nous".
Telle est la traduction de NOSTRA DAMUS, surnom que choisit Michel de Nostredame, marquant sa quête de connaissances et sa volonté d'en faire bénéficier le plus grand nombre.

Cette devise s'applique autant à l'Homme qu'à Salon qui cultive la transmission du savoir.

Figure emblématique de la Renaissance, Nostradamus, est né le 14 décembre 1503 à Saint-Rémy de Provence, s'établit à Salon à l'âge de 44 ans (en 1547) et y demeure jusqu'à sa mort le 2 juillet 1566. Maniant avec aisance le latin, le grec, l'hébreu ou encore l'italien, il est avant tout médecin. A une époque où le seul remède contre la peste consiste à "partir vite, loin et revenir tard", il est parmi les premiers à proposer des mesures d'asepsie.

"Médecin-astrophile", il étudie, suivant le courant humaniste, chaque maladie et chaque partie du corps en fonction de la disposition des constellations et des planètes.

C'est cette étude de l'astrologie qui l'amènera à faire imprimer, en 1555, ses fameuses "Centuries", prophéties qui lui doivent encore aujourd'hui sa mystérieuse réputation de visionnaire. Avant tout fidèle à sa volonté de transmettre le savoir, il ne manque pas d'utiliser la toute jeune invention de l'imprimerie pour diffuser ses écrits


Statue de NostradamusPlace du Général de Gaulle

Cette œuvre fut offerte à la ville en 1867 par un élève sculpteur, Monsieur Ré, Natif de Salon.
Au début du siècle elle surmontait une fontaine, aujourd’hui disparue. C’est dans la rue des Cordeliers derrière la statue que se trouvait le couvent du même nom ou fut jadis enterré Nostradamus.

 

Place des Anciennes Halles :

Statue de Nostradamus
Cette statue de bronze repérsente Nostradamus tenant dans ses mains différents symboles; elle est l'oeuvre de François Bouché.

Elle a été érigée en 1996 au carrefour de l'Arceau (allée de craponne).

En 1969, elle est renversée par un camion; la commune en commande une autre (située aujourd'hui avenue Guynemer), mais l'oeuvre originale fût restaurée en 1999 et placée près de la Maison de ce célèbre personnage.

 

 

 

 

Service Municipal des Archives de Salon-de-Provence

Les archives de Salon-de-Provence représentent tous les documents produits ou reçus par la commune depuis que celle çi possède un pouvoir constitué, c'est à dire depuis le XIIIème, jusqu'à nos jours !

Archives Municipales
Hôtel de Ville, BP 120. 13657 Salon-de-Provence
Tél : 04-90-44-89-00 / Fax : 04-90-56-08-12
Plus d'informations
  • Français
  • English
  • Deutsch
  • Italiano