Patrouille de France

Historique de la PAF par la PAF

Témoin du professionnalisme des pilotes de l'Armée de l'Air, elle est aussi un symbole fort des valeurs que sont l'esprit d'équipe, la confiance, et la recherche de la perfection dans les manœuvres de l'aviation de combat.

 

De sa création en 1953 à nos jours....

La Patrouille Acrobatique de France a fêté son cinquantième anniversaire en 2003. C'est en effet lors du meeting d'Alger le 17 mai 1953 que dans l'enthousiasme de son commentaire, Jacques Noetinger a qualifié de Patrouille de France la formation de quatre F84G de la 3ème Escadre de chasse, basée à Reims et conduite cette année là par le commandant Delachennal.

Ambassadrice des ailes et du savoir-faire aéronautique Français, la Patrouille de France est mondialement connue et appréciée. Il convient toutefois de se rendre compte que l'existence de la patrouille actuelle est le fruit de l'expérience accumulée de tous ses grands Anciens, qui ont su manifester motivation et ténacité pour faire aboutir leur passion.

Il faudra attendre 1931 pour voir la création de la Patrouille d'Etampes sur le terrain de Mondésir. Avant cette date, la voltige aérienne n'était exécutée en public que par des pilotes isolés. Les fêtes se multiplient en France et à l'étranger.

On peut assister aux exhibitions des pilotes étrangers dont Fieseler, Immelmann, Udet, ainsi qu'à celles des pilotes français qui montent, tels Biancotto, Cavalli, Détroyat, Doret. Quelques femmes s'essaient à la voltige. Maryse Hilsz, Hélène Boucher sont parmi les plus connues. La remarquable virtuosité d'un groupe de moniteurs de l'école de perfectionnement de pilotage d'Etampes imposera le vol acrobatique en formation.

 

Morane 230, moteur Salmson 230 cv Premier type d'avion de la Patrouille d'Etampes

Le Capitaine Amouroux, l'Adjudant-chef Dumas et l'Adjudant-chef Carlier composent la première patrouille.

"Ces trois pilotes dans un style splendide, ont égalé les meilleurs as du moment" Ces commentaires élogieux lus dans le journal " Les Ailes ", ont suivi les exhibitions organisées à Orly le 10 mai et à Vincennes le 25 mai. Au mois d'août la Patrouille fait admirer son adresse en Belgique. Certains membres de la Patrouille défendront les couleurs de l'Armée de l'air à l'étranger. En 1932, le Capitaine Amouroux remportera à Zurich le championnat militaire de voltige. L'année suivante, il quitte Etampes et sera remplacé par le Lieutenant Fleurquin.

C'est en effet lors du meeting d'Alger le 17 mai 1953 que dans l'enthousiasme de son commentaire, Jacques Noetinger a qualifié de Patrouille de France la formation de quatre F84G de la 3ème Escadre de chasse, basée à Reims et conduite cette année-là par le commandant Delachennal.

Il faudra attendre 1931 pour voir la création de la Patrouille d'Etampes sur le terrain de Mondésir. Avant cette date, la voltige aérienne n'était exécutée en public que par des pilotes isolés. Les fêtes se multiplient en France et à l'étranger.

On peut assister aux exhibitions des pilotes étrangers dont Fieseler, Immelmann, Udet, ainsi qu'à celles des pilotes français qui montent, tels Biancotto, Cavalli, Détroyat, Doret. Quelques femmes s'essaient à la voltige. Maryse Hilsz, Hélène Boucher sont parmi les plus connues. La remarquable virtuosité d'un groupe de moniteurs de l'école de perfectionnement de pilotage d'Etampes imposera le vol acrobatique en formation.

Le Capitaine Amouroux, l'Adjudant-chef Dumas et l'Adjudant-chef Carlier composent la première patrouille."Ces trois pilotes dans un style splendide, ont égalé les meilleurs as du moment"Ces commentaires élogieux lus dans le journal " Les Ailes ", ont suivi les exhibitions organisées à Orly le 10 mai et à Vincennes le 25 mai. Au mois d'août la Patrouille fait admirer son adresse en Belgique.

Certains membres de la Patrouille défendront les couleurs de l'Armée de l'air à l'étranger. En 1932, le Capitaine Amouroux remportera à Zurich le championnat militaire de voltige. L'année suivante, il quitte Etampes et sera remplacé par le Lieutenant Fleurquin.

Chef de grande valeur, il choisira ses équipiers parmi ceux qui terminent le stage d'Etampes. La nouvelle Patrouille sera ainsi composée du Lieutenant Fleurquin, de l'Adjudant-chef Carlier et de l'Adjudant Cressaty.

Ce trio fera parler de lui, en particulier lors de leur démonstration à Nancy le 18 juin 1933, à côté des Patrouilles belges et suisses.En 1934, les présentations aériennes se multiplient avec toujours un grand succès. Les Morane 230 sont remplacés par des Morane 225 plus puissants. La saison 1935 est malheureusement marquée par le décès de l'Adjudant-chef Carlier après l'accident dont il est victime. Une formation à cinq appareils est toutefois mise sur pied.

 

Capitaine Amouroux 1er pilote de la Patrouille

Les figures de voltige classiques étonnent par la précision de leur réalisation. Dans l'esprit " Haute Ecole ", la perfection dans chaque exercice individuel et d'ensemble, la rigueur de l'enchaînement, la recherche de l'art au mépris de l'effet produit sont les éléments qui comptent. En 1937, la Patrouille quitte sa base d'Etampes, pour s'installer à Salon de Provence. La Patrouille d'Etampes deviendra la Patrouille de l'Ecole de l'air. En 1938, la formation de nouveaux équipiers permet la constitution de 3 patrouilles plus une individuel.

Les patrouilles se partagent le "plateau ", sans temps mort, et le prestige de la formation grandit au fil des fêtes dominicales.

 

Morane 225

Cette réussite, enrichie de nouveautés créatives empreintes de parfaite rigueur, semble bien maîtrisée par le chef. En observant les spectacles de la PAF aujourd'hui, comparés à ceux des Patrouilles étrangères, il reste un petit quelque chose qui révèle une culture aéronautique typiquement Française. Elle effectue des meetings en France et à l'étranger jusqu'en juillet 1939 à Bruxelles. En mai 1940, une partie des moniteurs, anciens de la Patrouille, est affectée en opérations au groupe de chasse 1/3. Au mois de juin, les pilotes seront dispersés en France et en Afrique du Nord.

 

La Patrouille d'Etampes 1935

La Patrouille d'Etampes est issue de l'école de perfectionnement au pilotage. Lorsque des patrouilles étrangères équipées d'avions de chasse se déplacent en France, il naît, dans l'esprit des décideurs, l'idée de leur opposer des " aviateurs pilotes de chasse ", possédant une représentativité qui valorise le savoir-faire militaire. Au mois d'avril 1934, l'état major de l'Armée de l'air souhaite envoyer une patrouille au meeting de Liège (Belgique) Il demande au commandant de la 7ème escadre, basée à Dijon, de désigner trois pilotes du groupe de chasse 1/7, équipé de Morane225 pour suivre un entraînement particulier. Le Commandant Weiser choisit trois sous-officiers Barrio, Bertrand et Rebière. Ils se rendront à Etampes, où ils bénéficieront de l'émulation due à la proximité de la Patrouille d'Etampes du lieutenant Fleurquin. La personnalité du Commandant Weiser fait de cette Patrouille une formation à l'esprit totalement opposé à celui de la Patrouille d'Etampes. Le spectacle est roi, et tout doit être conçu pour le spectacle.

 

Morane 225 de la Patrouille de Dijon

Pour manifester un maximum d'originalité, deux possibilités s'offrent au commandant de la Patrouille de Dijon : augmenter le nombre d'avions en vol, rechercher les particularités. Pour le nombre, il passe de trois à neuf appareils, puis rapidement à dix-huit (neuf MS 225 du G.C 1/7, et neuf Spad 510 du G.C. 2/7).

Pour les particularités, il fait accepter de relier par des cordelettes les formations de trois avions. La personnalité du " chef " grandit avec la popularité de la formation. La Patrouille de Dijon devient le " Cirque Weiser ". Le Lieutenant-Colonel Weiser quitte Dijon en 1938, le " cirque " ferme ses portes. C'est souvent le cas des groupes liés par le charisme d'une personne.

 

Spad 510 du " Cirque Weiser "

La deuxième guerre mondiale va interrompre l'essor de ces patrouilles, les pilotes de chasse devant se livrer à d'autres genres d'exercice.

Pour résumer cette période, considérant les commentaires de la presse spécialisée, il ressort que les présentateurs individuels (Weiser, Borde, Amouroux, Fleurquin, Pouyade, Clavière…) ont su pénétrer tous les secrets de la haute voltige, il est mentionné que le travail d'ensemble de l'escadre Weiser fut vraiment remarquable et que la palme de l'acrobatie est attribuée sans conteste à la Patrouille de l'Ecole de l'air (ex Patrouille d'Etampes) dont les progrès ont été considérables d'une année sur l'autre.

Si l'après-guerre vit encore, à bien des égards, du conflit, une chose allait commencer à bouleverser l'emploi et la mise en œuvre de la Force Aérienne. Nous voulons parler de l'apparition des premiers avions à réaction, et plus précisément de leur entrée dans les escadres françaises.

En France, c'est l'époque des doutes. La voltige aérienne n'est-elle pas devenue impossible avec de tels appareils ? Beaucoup le pensent et en haut lieu on parle même d'abandonner la patrouille à cause du décalage entre la fragilité de l'homme et la performance de la machine. La voltige serait-elle donc réservée à l'hélice et au moteur à pistons ?

En 1947 le Ministère de l'air décidait de créer une "Escadrille de présentation de l'Armée de l'air" et de la confier au Capitaine Perrier qui, avec ses douze Stampe SV4A, devait participer à toutes les manifestations nationales et internationales. En 1951, la patrouille existe toujours et se produit tantôt en vedette après les avions à réaction, comme à Cannes en septembre 51, tantôt en première partie comme à Tunis au mois d'avril de cette même année.

 

Stampe SV 4A de l'E.P.A.A.

Il était dit cependant que l'hélice avait fait son temps. Dès octobre 1950, un journaliste du Figaro s'interroge sur la possibilité, ce qu'il souhaite vivement, de doter la patrouille d'Etampes d'avions à réaction et ceci afin de ne pas désavantager dans le parallèle à établir avec les formations anglaises et américaines.

Il est même question dans cet article que les pilotes effectuent des stages sur réacteurs.

Certains d'ailleurs, ont déjà volé sur le "Fouga Cyclope" avec un réacteur de faible puissance, ce qui ne les a pas empêchés d'exécuter la gamme complète des figures de voltige.

 

Fouga Cyclope

La preuve était faite que la vitesse des avions à réaction, l'espace aérien occupé par leurs évolutions, leur complexité apparente, sources des premiers doutes, n'empêchaient nullement la pratique de l'acrobatie aérienne.

Il ne faut dons pas s'étonner de voir fleurir un peu partout des patrouilles acrobatiques dans les années 50-51 sur un matériel étranger qu'il s'agisse des avions britanniques De Havilland "Vampire" ou américains Republic F 84 G Thunderjet. Le nombre des appareils utilisés est variable, mais il est souvent de quatre ainsi en va-t-il par exemple des patrouilles de Delachenal à la 2ème Escadre et de Marias à la 4ème Escadre

Quand sont apparus Vampire et F 84, chaque unité souhaitait faire quelque chose de plus, sur ce matériel moderne, que les exercices traditionnels, c'est à dire ne pas se contenter de la simple application de la progression, mais essayer de trouver tout à la fois de nouvelles méthodes de combat et de nouvelles techniques de présentation d'avion.

La voltige s'offrait ainsi comme un dérivatif utile rompant la monotonie du travail d'entraînement et de formation. A vrai dire, le nombre d'élèves pilotes à l'entraînement était assez faible après les fortes promotions de la guerre, ce qui réduisait d'autant les charges d'instruction.

 

De Havilland Vampire

Mais le désir d'action, le besoin de s'exprimer n'eurent sans doute pas à s'employer sans la grande liberté qui était alors laissée au niveau de l'escadre de l'escadron et même du pilote. Cette large initiative serait peut-être restée lettre morte sans la présence de fortes personnalités qui convainquirent souvent les autres de l'intérêt passionné qu'elles portaient à la voltige. Gauthier, Marias, Delachenal surent incontestablement profiter de cette autonomie pour créer leurs patrouilles.

 

Patrouille de Vampire de la 5ème Escadre

Il convient d'ajouter de considérables différences en matière de réglementation d'utilisation des avions. Il existait à l'époque des règles qui aujourd'hui paraissent bien faibles et désuètes. Heureusement, ce manque de technique était largement compensé par l'expérience des pilotes.

Cette liberté, laissée à chacun, explique qu'il n'existait alors aucune patrouille acrobatique officielle. Chaque escadre et bien souvent chaque escadron organisait la sienne pour promouvoir son image de marque. Nous n'en sommes pas encore au moment des confrontations internationales; l'affrontement, pour ainsi dire, reste limité entre escadres et escadrons. La 4ème escadre avait sa patrouille de quatre Vampire à Friedrichshafen sous la conduite du capitaine Marias. Le lieutenant colonel Gauthier, commandant la 2ème escadre, avait monté une patrouille à sept avions, ce qui était peu courant à l'époque. A Dijon encore, l' "Alsace" avait la sienne et Delachenal en avait fondé une au sein de son escadron, le 2/2 "Côte d'Or", plus ou moins clandestinement, pour en faire la surprise à l'occasion d'une remise de l'insigne de l'escadron. Elle était alors composée de quatre Vampire.

 

De Havilland Vampire

Les présentations avaient lieu souvent au gré des circonstances : cérémonies diverses à l'escadre, remise d'insignes, visites, inspections. Avec le temps, les patrouilles réussissaient à acquérir une certaine aisance et une bonne réussite. Les pilotes faisaient plaisir à un public encore restreint et il faut bien le dire, se faisaient plaisir aussi à eux-mêmes.

Il n'en reste pas moins que la voltige était pratiqué en plus du labeur normal de la journée. Bien souvent, la préparation des présentations était limitée à quelques répétitions, et celles-ci n'allaient pas toujours sans susciter quelques difficultés, certains les considérant comme marginales, inutiles et dangereuses. Le succès des irréductibles de la voltige allait cependant convaincre tout le monde.

C'est en juin 1951 que pour la première fois de l'après guerre, une formation d'appareils de l'Armée de l'air effectuait une présentation au Salon du Bourget. L'émulation entre les escadres devait jouer à fond pour le choix de la patrouille qui irait au Bourget. Elles étaient équivalentes, équipées du même matériel et composées de pilotes ayant la même formation. Une sélection devait avoir lieu entre la 2ème et la 4ème escadre. Celle de Dijon se composait de sept avions, le capitaine Marias de la 4ème escadre constitua une patrouille à neuf. Cette patrouille continua à évoluer à Friedrichshafen et dans quelques meetings jusqu'à la fin de l'année 1951.

 

Republic F 84 G Thunderjet

La patrouille acrobatique de la 3ème Escadre de Reims ne devait pas tarder à reprendre le flambeau. Quand le Commandant Delachenal y fut affecté en 1952, l'escadre se dotait de F 84G Thunderjet, appareil plus lourd, plus imposant et un peu plus rapide que le Vampire. Delachenal dût convaincre les sceptiques que ces avions plus puissants étaient parfaitement capables d'effectuer des présentations acrobatiques comme les Vampire.

En juillet 1952, la 3ème Escadre fut désignée au dernier moment pour faire une présentation au meeting de Lyon. Malgré l'expérience du commandant Delachenal et la bonne volonté de ses trois équipiers, quelques séances d'entraînement en une quinzaine de jours ne permirent pas d'affronter, à armes égales, ces professionnels qu'étaient les Skyblazers qui opéraient pourtant sur le même matériel. On ressentait dans les équipes françaises une certaine humiliation et chacun pensait tout bas : "Nos pilotes ne sont pas plus "manchots" que les autres, mais il leur manque l'entraînement". Le commandant Delachenal décidait, ce jour là de mettre sur pied pour l'année suivante une patrouille présentable.

Ayant étudié de près la présentation des Américains, les répétitions commencèrent avec une technique parfois différente de ce qu'elle est aujourd'hui. Théoriquement, il fallait à l'avion entre 5.000 et 5.500 pieds pour passer une boucle, ce qui n'était guère compatible avec le souci du spectacle pour le public. Aussi "trichait-on" pour descendre à 4.000 pieds, en évitant le plan vertical rigoureux.

Les virages étaient très serrés avec pour objectif de passer devant les spectateurs une fois par minute. Le fait pour le public de voir les avions primait sur la qualité aéronautique du pilotage. Un tonneau se terminait sur la troisième tranche pour s'enchaîner sur un virage serré qui ramenait la patrouille devant le public, avant qu'elle ne reparte en demi-tonneau suivi d'un virage à l'issue duquel s'amorçait une boucle.

 

Patrouille de France 1953

Au début de l'année 1953 la patrouille de la 3ème Escadre se trouvant prête et volontaire obtint d'être la seule patrouille acrobatique française officielle de l'année. Les premiers meetings commencèrent et ce fut presque immédiatement la consécration d'Alger en mai 1953.

Les présentations se suivirent ainsi que les trophées. Pendant ce temps, les chercheurs français n'avaient pas attendu la fin de la guerre pour étudier les premiers turboréacteurs. A la fin de l'année 53, il ne manquait plus à la patrouille que d'être équipée d'avions d'armes français. Ce fut chose faite en 1954 avec l'Ouragan construit par la compagnie Marcel Dassault.

N'ayant aucune raison de privilégier une escadre plutôt qu'une autre, le commandement décida de confier la responsabilité de la patrouille tous les ans à une escadre différente.

 

La Patrouille de France 1955

La 2ème Escadre fut choisie la première car elle venait d'être dotée d'Ouragan et comptait parmi ses membres un leader tout désigné, le lieutenant Labaye, puisqu'il avait été l'équipier de Delachenal à l'époque des Vampire dans les années 1950-1951

En 1955, la 12ème Escadre de Cambrai, puis en 1956 la 4ème Escadre de Bremgarten assurèrent le spectacle toujours équipées de M.D. 450 Ouragan. Il convient de noter que cette année 1956 connaîtra l'existence d'une autre patrouille qui restera à la 12ème Escadre équipée dorénavant de Mystère IVA. La Patrouille de Bremgarten assurera tous les meetings sur le territoire français, celle de Cambrai sera chargée des présentations à l'étranger.

En 1957, commence la belle époque du Mystère IVA qui durera jusqu'en 1963. C'est pour la Patrouille de France l'époque de la maturité avec un avion de chasse étendard et l'apparition des fumigènes bleu, blanc et rouge.

Les formations composées de quatre à cinq avions au début vont s'agrandir et opérer de 1959 à 1961 à douze avions pour revenir peu à peu à cinq avions.

Une émulation certaine allait jouer entre les escadrons lorsque la 2ème Escadre fut désignée.

La formation va rester à Dijon jusqu'en février 1962, l'escadre étant transformée sur Mirage III. La Patrouille quittait ainsi Dijon pour rejoindre la 7ème Escadre à Nancy- Ochey et voyait son effectif diminué à neuf puis cinq avions pour cause de restrictions budgétaires

 

Patrouille de France 1960

Pendant presque dix ans, la Patrouille de France avait servi à faire connaître les matériels français en service. Les charges croissantes de l'Armée de l'air, le vieillissement du Mystère IVA devaient conduire l'Etat-major de l'Armée de l'air à décider la dissolution de la patrouille Mystère IV en janvier 1964.

Cette dissolution allait créer une certaine émotion dans les milieux spécialisée, craignant une véritable disparition

La Patrouille de l'Ecole de l'air existait déjà depuis plusieurs années et s'était montrée excellente sur ses CM 170 Fouga Magister. Il était naturel qu'elle reprenne le flambeau et conserve définitivement le nom.

Par lettre message en date du 10 février de cette même année, le ministre des Armées décide que "la Patrouille de l'Ecole de l'air s'appellera désormais Patrouille de France."

Plus que jamais la Patrouille de France continuait. Désormais installée à Salon de Provence, une entité particulière était créée. Les spécialités acrobatiques apparurent, avec elles le vol dos en patrouille le tonneau en miroir et le virage dos.

 

Patrouille de France 1972

En 1966, elle reçoit des magister flambant neuf dont les possibilités ont été accrues dans le domaine de la puissance avec les nouveaux réacteurs Turboméca Marboré VI.

En novembre de cette même année, devant la surenchère en matière de formation de voltige, la France, afin d'accroître le prestige de la patrouille décide de passer de six à neuf avions.

L'année 1970 verra la naissance de l'insigne officiel de l'unité, homologué par le Service Historique de l'Armée de l'Air. Il prendra place sur le flanc gauche des avions. L'insigne de l'Ecole de l'air gardera sa place sur le côté droit des appareils.

En 1971, la décoration des avions est totalement changée.

Le gris naturel de l'aluminium est entièrement peint avec une dominante bleu France. A la fin de l'année, il est décidé de présenter pour la saison 1972 une patrouille à onze avions.

 

Patrouille de France 1974

Cette formation évoluera également ainsi en 1973, mais dès 1974 la Patrouille de France retrouve l'effectif précédent, soit neuf appareils.

1980 sera la fin d'une époque. Le Fouga effectue sa dernière saison. Dix sept ans de bons et loyaux services de cet élégant petit avion ont marqué la renommée de la Patrouille de France.

L'année 1981 sera donc la première de l'Alphajet. Dès octobre 1980, les pilotes reviennent à Salon de Provence avec les six premiers avions, après un stage de recyclage à Tours. Compte tenu de la fiabilité nécessaire, il est décidé de jouer la prudence et d'effectuer la saison 1981 à sept appareils. Dès 1982, la formation se présente à huit, nombre maintenu jusqu'à présent.

Il est toujours difficile d'établir un bilan d'activités dans un domaine qui tient à la fois de l'aviation militaire et du spectacle.

Bien des choses devraient être prises en compte qui ne sont pas toujours mesurables, ne serait-ce par exemple que le plaisir apporté au public. En tout cas la réputation de notre formation acrobatique n'est plus à faire.

Elle s'est forgée au fur et à mesure des années.

 

Visitez le site internet de la PAF 

BASE AERIENNE 701

13661 Salon Air - FRANCE

www.patrouilledefrance.com

www.technipaf.fr

www.equipedevoltige.org

  • Français
  • English
  • Italiano